4 raisons de se mettre au Barefoot Running !

barefoot running

Courir en chaussures minimalistes, revenir aux essentiels, c’est très en vogue en ce moment.

Mais pourquoi c’est le meilleur moyen de courir ?

(C’est un moyen de course que j’ai adopté et vous pouvez d’ailleurs retrouver mon article ici)

Via : NES POUR COURIR (BORN TO RUN)

Revenons d’abord aux fondamentaux en se posant 2 questions :

  • A quoi servent nos pieds ?

D’abord à nager, ensuite à grimper mais alors que le reste de notre corps s’est adapté à la terre ferme, nos pieds n’ont pas encore suffisamment évolué, jamais dépassé l’ère du paléolithique.

La cheville, elle, ne sert qu’à se tenir droit, pas utile pour se déplacer. D’ailleurs, dans les prothèses de jambes, il n’y a pas d’équivalent de la cheville.

  • A quoi sert le tendon d’Achille ?

Au niveau anatomique, on a un petit tendon derrière la nuque : le ligament nucal. Les singes, les cochons n’en ont pas mais les chiens, les chevaux et les humaines en ont un! Ce ligament n’est utile que pour stabiliser la tête quand un animal bouge rapidement, pas utile à un simple marcheur.

De même, les tendons d’Achille sont inutiles pour marcher, raison pour laquelle les chimpanzés n’en ont pas, ni les australo pithèques (il est apparu il y a seulement 2 millions d’années chez l’homo Erectus). Ce que fait le tendon d’achille, c’est simplement s’étirer comme un élastique.

Au fûr et à mesure que le corps humain a évolué, a adopté les caractéristiques clefs d’un animal fait pour courir.

D’autre part, il existe 2 sortes de grands coureurs : les sprinters et les marathoniens. Si nos jambes et nos pieds sont si denses avec des tendons élastiques, c’est pour emmagasiner l’énergie et la retourner. Plus on tend l’élastique, plus sa force est grande. Pour courir de grandes distances, des élastiques comme le tendon d’achille permettent de maximiser l’endurance. Courir = sauter d’un pied sur l’autre. Lorsqu’on compare la course d’un cheval à celle d’un humain, ils courent à la même distance mais aussi étonnant que cela puisse paraître, les jambes de l’homme bougent moins rapidement. La foulée de l’homme est plus grande que celle du cheval alors que celui-ci a 4 pattes.

Au niveau anatomique, l’homme est fait pour courir mais pas en basket alors voici les 4 raisons de se mettre à la course minimaliste :

     1. Les baskets ont eu leur chance, elles n’ont pas su la saisir

Les grands équipementiers ont eu un quart de siècles pour perfectionner les chaussures de sport, logiquement, le taux de blessure aurait du chuter. Adidas a même créé une paire de basket à 250 $ avec un microprocesseur dans la semelle pour qu’elle s’adapte à chaque foulée et il n’y a aucune preuve que les chaussures de course aident à prévenir des blessures. Statistiquement, les meilleures chaussures sont les pires : ceux qui portent des chaussures qui coûtent plus de 95 $ont deux plus de chance de se blesser que ceux qui portent des baskets à moins de 40 $. C’est 2 fois plus cher et 2 fois plus douloureux. En fait, plus les chaussures ont d’amortit, moins le pied est protégé. David Smyntek (ultrarunner et médecin)  est même allé jusqu’à échanger la chaussure droite avec la gauche quand elles étaient trop usé et ne ressentait aucun problème.

Les meilleurs coureurs kenyans ont tous en commun une grande élasticité des chevilles car ne portent pas de chaussures avant leur 17 ans.

    2. Pour ne plus se blesser

Je ne peux pas le prouver mais je crois que quand mes coureurs s’entraînent pied-nus, ils courent plus vite et se blessent moins.  Coach Lananna

De nombreuses blessures aux pieds et aux genoux sont dus à la course avec des baskets qui nous affaiblissent, nous pousse à « surprôner » ce qui créé des problèmes aux genoux. Jusqu’en 1972, lorsque les chaussures de course ont été créées par Nike, les personnes couraient en chaussures à la semelle minimaliste ; ils avaient des pieds solides et beaucoup moins de blessures aux genoux. Or, lorsque l’on coure pied nu , il y a moins de pronation et une meilleure redistribution de la pression.

     3 . Pour courir mieux et améliorer ses performances

Barefoot Ken Bob : « Naked shoe Manifesto » : les chaussures bloquent les douleurs,pas les impacts. La douleur nous apprend à courir correctement. A partir du moment où l’on commence à courir pied nu, on change sa façon de courir. Pour ceux qui ont peur de courir sur la route, il a fait le « Mother Road 100 » soit 160 kms sur l’asphalte de la route 66.

  4. Se sentir libre

Depuis des dizaines d’années, on crée des chaussures de course, qui sont censés être de plus en plus sophistiqués, avec plus d’amortis, plus de confort … mais pour autant, l’image qu’on a associe à un coureur, c’est la douleur et les blessures, ce qui est quelque chose de très nouveau. Dans la mythologie, courir était associé à la liberté et la vitalité.

Il faut se débarasser de tout ça et revenir à une culture plus saine et plus sereine. Se débarasser des chaussures, c’est se débarasser du stress, des blessures et des douleurs. Christopher McDougall

Vous aussi, vous êtes un adepte du Barefoot running ? Racontez-nous ce que vous ressentez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *