3 conseils pour trouver ce que l’on aime faire dans la vie

 

Comment faire ce que l’on aime dans sa vie ?

  • Réponse évidente : “Suivre ses passions”

Via : So Good They Can’t Ignore You: Why Skills Trump Passion in the Quest for Work You Love

Vraiment ?

C’est très paradoxal mais “suivre ses passions” est un très mauvais conseil, si notre but est de finir passionner par ce que l’on fait.

Il existe 2 façons différentes d’appréhender le travail :

  • Façon de pensée “artisan” : se concentre sur ce qu’on peut offrir au monde = la bonne façon de penser. L’artisan, ce n’est pas celui qui checke facebook toutes les 5 minutes, il ne cherche pas ce qui est facile mais la difficulté, celui qui se dit : “c’est dur mais je vais maitriser ce nouveau logiciel, cette nouvelle formule mathématique”.
  • Façon de penser “passion” : se concentre sur ce que le monde peut nous offrir = celle qui paraît évidente mais qu’il faut éviter.

Pourquoi ?

Il y a 2 choses que l’on a du mal à comprendre :

  • L’idée que l’on a tous une passion pré-existante et que si on la découvrait, tout irait bien. Mais la plupart des personnes n’en ont pas.
  • Ce conseil est construit sur la fausse croyance que faire correspondre son travail avec une activité dans laquelle on a un profond intérêt nous satisfera à long-terme. Ca semble évident mais pourtant, les études montrent le contraire : ce n’est pas de cette façon que notre carrière prend du sens.

Mais alors, qu’est ce qui nous satisfait ?

  • L’autonomie : être autonome dans son travail
  • Avoir un impact sur le monde
  • Sentir que l’on devient expert ou au moins bon dans un domaine
  • Etre en relation avec les autres

3 choses à faire pour trouver ce que l’on veut faire :

  1. Avoir du feedback : à quel niveau suis-je dans ce domaine maintenant ? Est-ce que je suis meilleur qu’avant ? Que si je ne m’entrainais pas ? Il faut accepter ce feedback de façon honnête, même s’il doit détruire ce que l’on pensait bien faire.
  2. Adopter la stratégie des petites mises : qu’est ce qu’une petite mise ? Une petite expérience qui teste une théorie : juste assez grande pour nous donner la réponse dont on a besoin mais pas trop grande pour ne pas avoir gaspiller trop de temps et d’argent. Plutôt que de tout miser sur la première idée que l’on a et risquer de tout perdre, un petite mise permet de sortir de notre zone de confort et d’essayer de nouvelles choses tout en sachant que si ça ne marche pas, on peut rapidement s’en remettre et passer à autre chose.
  3. Travailler (10 000 heures selon Malcolm Gladwell) et surtout, travailler au-delà de sa zone de confort. Il faut se forcer, aider les compétences à arriver. Les débuts sont difficiles mais il faut en passer par là.

 Une dernière petite citation pour se motiver :

Le plus grand obstacle entre soi et le travail qu’on aime est le manque de courage : le courage qu’il faut pour prendre du recul sur la définition que les gens ont du succès en général pour pouvoir ensuite vivre ses rêves.

Et vous, vous avez trouvez ce que vous aimiez faire ? Comment avez-vous fait ? Expliquez nous comment vous avez fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *